FAQFAQ  RechercherRechercher  CalendrierCalendrier  AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



 

Partagez|

Hazuki Shikki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
MessageAuteur
MessageSujet: Hazuki Shikki Ven 21 Oct - 22:03

- Nom : Shikki

- Prénom : Hazuki

- Surnom : Aucun

- Age : 29 ans

- Taille : 1m72

- Sexe : Féminin

- Orientation sexuelle : Bisexuelle

- Nationalité : Japonaise

- Statut : Esclavagiste


- Description physique de votre personnage :

- Du haut de son mètre 72, le moins que l’on puisse dire c’est qu’Hazuki n’a absolument rien à envier à ses homologues féminins de part le monde, une silhouette élancée, une musculature finement taillée sans aucun excès, de longues jambes, une poitrine des plus charnues et accueillantes qui fait mouche à chacune de ses apparitions, un teint très légèrement hâlé ainsi qu’une peau douce. Il ne fait aucun doute que la nature a gâté Hazuki pour faire de son charme la pire des armes dont elle puisse disposer dans ce monde de folie.
Ce corps alléchant, elle se plait à le dévoiler de manière à ce que les regards se tournent le plus souvent possible sur elle, y prenant un plaisir sournois et sadique, et entretient cette image de femme fatale et libre en faisant tenir cette délicieuse poitrine dans un haut de cuir qui relève plus de l’apparence d’un maillot de bain personnalisé, habillé de quelques motifs en relief, orné d’une fourrure d’un blanc immaculé, lorsqu’il n’est pas teinté de rouge, le tout soutenu par de la simple ficelle qui d’apparence pourrait céder pour dévoiler ses plus gros charmes à tout moment. Ses bras et ses mains ne sont guère plus habillés que par une paire de gants noirs aux paumes blanches ainsi que deux brassards de cuir aux niveau des biceps, ornés d’une fourrure similaire à celle utilisée pour son haut. Son ventre et son dos sont finalement complètement à l’air libre, jusqu’aux hanches, celles-ci habillées d’un mini short orné d’un double ceinturon de cuir, englobant un fessier assez voluptueux pour ne susciter que plus d’engouement à son égard. Ses jambes quand à elles restant la partie la plus recouverte de son corps, bien qu’elle n’ait clairement pas à en avoir honte, elle porte des bottes hautes à lacets s’arrêtant en dessous de ses genoux, celles-ci ornées également par de la fourrure. Reste son cou, habillé d’une nouvelle écharpe longue de fourrure blanche et rouge.
Hazuki peut également se vanter d’avoir hérité d’un faciès tout aussi agréable que son physique, un visage finement modelé, une bouche pulpeuse sans être trop présente, et un nez fin très bien placé. Plus haut, on peut remarquer que ses yeux sont cachés par une paire de lunettes aux reflets orangés, et ses sourcils fins sont partiellement occultés également. Ce joli minois est lui-même encadré par une chevelure rouge flamboyant aux pointes rosées tombant assez sur son visage pour cacher son front, le reste étant tiré en deux queues de cheval tombant jusqu’au milieu du dos, et elle porte constamment un chapeau de style cowboy de couleur orange foncée.
Les dernières pièces de sa panoplie sont ses principaux outils de mort, deux Katana forgés dans l’ancien temps, katana au pouvoir tranchant dévastateur qu’elle s’emploie à entretenir au moins autant que son physique avantageux.




-Description mentale de votre personnage :

-« L’habit ne fait pas le moine… » Une expression qui sied à la perfection à la mentalité de la demoiselle. Hazuki est une véritable psychopathe en puissance, une sadique, une obsédée, les termes manquent tant cette femme semble être la réincarnation de la Folie.

Complètement imprévisible et indomptable, c’est une femme qui n’est régie que par les plaisirs les plus primaires et ne porte absolument aucune attention aux choses matérielles et fictives comme l’argent. Son plaisir, elle se le procure dans la douleur, des autres évidemment, mais également dans l’acte charnel, et n’hésite pas à se donner autant de plaisir qu’elle voudra s’en procurer, d’une manière ou d’une autre, et ce sans prendre en compte l’avis de celles et ceux qui en sont victimes…, ou pas. La belle sait également faire preuve de ruse et se montrer étonnamment douce, mais tout ceci pour mieux prendre ses proies au dépourvu au moment de sortir les griffes, après cela, tout peut arriver. Passer un moment privilégié avec cette furie peut tout aussi bien relever de l’expérience paradisiaque que du véritable enfer, cela dépendra uniquement de son envie, et rares sont ceux qui seraient prêts à tenter le diable pour en faire l’expérience, certains ne revenant d’ailleurs parfois pas vivants… Son visage peut également attester de sa folie tant elle n’hésite pas à le déformer avec des sourires sadique qu’elle adresse toujours aux personnes qui l’intéressent, et ses yeux n’en disent pas moins lorsqu’ils ne sont pas recouverts par ses lunettes, ses regards lubriques et sadiques ne manquant jamais de dérouter ceux qu’ils visent. Ceux qui l'ont vue s'en prendre à quelqu'un qu'elle ne portait pas dans son coeur vous assureront qu'il vaut mieux être son amie que son ennemie, cette femme est capable des pires atrocités lorsqu'elle a le dessus sur son opposant, et le châtiment qui l'attendra alors sera sans appel et sans pitié..

En clair, Hazuki est un loup solitaire qui vit uniquement pour son seul plaisir, et le fait partager occasionnellement à quelques « élus » malgré eux..




- Histoire personnelle de votre personnage :

Hazuki Shikki,

Née d’une mère japonaise, et de père inconnu. Elle vécut une enfance banale, élevée par sa mère dans le quartier Roppongi dans la capitale florissante du Japon.. Mère qu’elle voyait rarement, dû à son travail de journée, mais également de nuit. Hazuki apprit tôt, peut-être trop tôt d’ailleurs, à ne dépendre de personne, dès qu’elle en eut la possibilité, elle commença à travailler à mi-temps, payant avec ses propres moyens ce que sa mère n’était pas capable de lui offrir, la fortune familiale se déboursant principalement dans les jeux d’argent..
Les jours passaient, rentrant chez elle chaque soir après le travail, et chaque soir, un homme, jamais le même.., qui faisait hurler sa mère de plaisir dans cet appartement insalubre, alors qu’elle, se préparait le repas, dépitée, se demandant ce qu’elle avait bien pu faire pour devoir subir cette vie si merdique qui était la sienne, et c’était peu dire.. Ce servant alors un bol de nouille instantané, Hazuki s’installa d’un air las devant la télé, montant le son aussi fort qu’elle pouvait afin d’étouffer les gémissements dégoûtants de sa mère. Une minute plus tard, l’invité du soir ressortait de la chambre, encore entrain de remonter son pantalon, avant d’adresser quelques mots a Hazuki, lui jetant un regard pervers par la même occasion :


Individu : « Attention à tes fesses petite, tu pourrais bien être la prochaine. »

Hazuki ne réagit qu’en défiant l’inconnu du regard qui finissait alors de remonter sa braguette, avant de claquer la porte pour enfin disparaître. Quelques secondes après, sa mère venait s’installer à coté d’elle comme si de rien était, avant de lui prendre son bol des mains pour le finir à sa place. Dégoutée, sans un mot, Hazuki se leva avant d’aller directement dans sa chambre, en voulant au monde entier pour cette vie pourrie qu’elle supportait depuis maintenant 14 ans.

Puis vint ce jour maudit, qui pourtant avait commencé comme n’importe quel autre jour. Ce soir-là, à peine eut-elle le temps de passer le palier de sa porte, qu’un nouvel invité l’accueillit en lui saisissant violemment le bras, étouffant ensuite les cris de détresse de la jeune fille à l’aide d’un vieux bout de chiffons dégueulasse qu’il avait dû ramasser dans la maison, attirant sans mal Hazuki qui se débattait tant bien que mal jusqu’à ce que la vision d’horreur de sa mère, égorgée, nue, les jambes encore écartée, gisant sur son lit alors recouvert de sang, la convainc de la gravité de la situation dans laquelle elle se trouvait.. Ne lui laissant aucun répit, l’homme s’empressa de lui mettre un couteau sous la gorge, lui annonçant ensuite une condition des plus simple :

Agresseur : « Un seul cri de ta part et tu finiras comme ta mère, pigé.. ? ..pigé ?! »


Le souffle court, serrant les dents à s’en faire souffrir, Hazuki dut se résoudre à acquiescer simplement de la tête, alors que l’individu s’affairait déjà à lui arraché ce qu’elle portait de sa main libre, la vitesse de sa respiration ne pouvant que prouver l’excitation qu’il ressentait en sachant ce qu’il aller faire subir à la pauvre collégienne, qui déjà s’apprêtait au pire, et le pire arriva.. La plaquant ensuite au sol, sur le ventre, c’est sans aucune retenue que l’agresseur s’empara de la virginité d’Hazuki, qui dut réprimer un cri de douleur, sentant la lame qui se frottait contre son cou au rythme des violents coups de reins que son agresseur se plaisait à lui infliger, sans aucune considération pour elle, gémissant de plaisir devant l’horreur de son acte..

Subissant, le regard devenu vide d’expression quelconque, Hazuki commençait à se faire à une idée simple, cet homme allait en finir après s’être amusé avec elle, cette idée germait à une vitesse folle et devint rapidement une certitude à ces yeux..

« Plus fort… »

L’homme se stoppa net à l’annonce que lui fit sa victime.

Agresseur : « Qu’est-ce que t’as dis ? »

A cet instant, l’homme semblait réellement pris au dépourvu.

Hazuki : « Je vous dis d’y aller plus fort vous êtes sourd ?! »

L’agresseur prit quelques secondes à assimiler ce qu’il venait d’entendre, dégageant alors son membre de l’intimité d’Hazuki, la fixant du regard, alors qu’il avait déjà retiré son couteau de la gorge de la jeune fille, qui s’était déjà remise sur le dos pour lui faire face. Pendant quelques secondes il avisa la jeune fille du regard, ne s’attendant certainement pas à ce genre de réaction, face à cela, Hazuki ne prit pas le temps de réfléchir avant de se redresser pour ensuite coucher l’homme sur le dos, qui instinctivement lui remit le couteau sous la gorge.

Agresseur : « Tu crois faire quoi là.. »

Hazuki : « Je vais vous donner ce que vous vouliez, pourquoi vous seriez le seul à profiter de la situation.. ? »

Surprit, l’agresseur en vint à se demander sur qui il venait de tomber, cette gamine d’à peine 14 ans, entrain de s’offrir à lui ? A peine eut-il le temps de se lancer dans une première réflexion qu’Hazuki se pencha sur lui, le couteau de l’agresseur entamant la peau de son cou au passage, alors qu’elle-même agrippait la « fierté » de son agresseur.

Hazuki : « C’est pas ce que vous vouliez.. ? »

L’homme fixa Hazuki quelques secondes, avant d’en venir à une simple conclusion, peu importe ce que cette gamine pouvait avoir en tête, il avait le dessus, c’était la seule vérité qu’il voulait savoir, rapidement, un sourire sadique se redessina sur son visage avant que l’individu ne se redresse pour s’appuyer sur ses coudes, reluquant sa victime qui n’en était plus vraiment une, relâchant fatalement son attention alors qu’Hazuki s’était déjà penchée un peu plus sur lui, sa main libre posée soigneusement à coté de celle de l’agresseur qui tenait alors le couteau. Commençant lascivement quelques mouvements de poignet tout en gardant l’individu à l’œil, qui alors commençait déjà à laisser sa tête tomber en arrière pour savourer ce qui était entrain de lui arriver, un sourire se dessina sur le visage de la collégienne, un sourire large et sadique, un sourire qui pouvait signifier tout et n’importe quoi, dans le plus mauvais sens du terme…

Elle surveillait, inlassablement, silencieuse, alors que cet abruti commençait à la féliciter pour ses prouesses manuelles, il suffit alors d’une seconde, une seconde où la pression qu’exerçait la main de l’individu sur son couteau se relâcha, une seconde où Hazuki s’enquerra de l’instrument de domination avant d’aller le placer sous la gorge de l’homme qui maintenant était devenu la victime de la collégienne, déglutissant ensuite de peur devant ce sourire indescriptible qu’elle lui adressait..

« Passe le bonjour à ma mère.. »

Les yeux écarquillés, l’homme n’eut le temps de dire quoi que se soit que la lame avait déjà entaillé sa gorge, le faisant tomber à la renverse, avec pour dernière vision, celle d’une attardée au sourire sadique qui le regardait crever comme un moins que rien. Quelques minutes plus tard, la police investissait l’appartement suite à un appel anonyme, et Hazuki, entourée d’une couverture s’était collée dans un coin de l’appartement, jouant parfaitement les victimes. Evidemment, la justice lui donna raison, et la légitime défense fut son alliée.

Ainsi naquit la folie d’Hazuki Shikki…


__________________________________________________________________________________



Suite à cet évènement, Hazuki reprit son train de vie habituel, et l’assurance vie qu’avait prit sa mère lorsqu’elle avait encore toute sa tête lui assura une vie plus belle que ce qu’elle avait pu avoir jusqu’à aujourd’hui, elle était maintenant libre, et Hazuki avait bien l’intention de croquer sa nouvelle vie à pleine dent. Mais elle ne se relâcha pas pour autant, quelques jours après la « tragédie » qui lui avait valu d’être le sujet de conversation numéro 1 de son collège, elle rejoignait le club de Kendo. Ses débuts se firent discrets, mais au grès du temps, elle semblait prendre de plus en plus de plaisir à dominer ses adversaires et à les humilier, attirant à nouveau les regards sur elle, et même si c’était pour de mauvaises raisons, elle semblait en tirer de plus en plus de plaisir. Mais les aptitudes qu’elle développait dans ce domaine obligeaient son club à ne pas la renvoyer, chaque compétition se couronnant de succès, la réputation de l’école n’en était que gratifiée.

Puis vint ensuite la période du lycée. « Le lycée fait partie des meilleures années de la vie d’une personne », le moins que l’on puisse dire, c’est que ce fut effectivement le cas pour Hazuki. Le corps de la demoiselle avait maintenant prit des formes qui ne laissaient déjà plus indifférent, attirant sur elle des regards envieux, mais également des regards jaloux, mais quelle importance, pour Hazuki, avoir les yeux braqués sur elle la satisfaisait pleinement, et peu importe la nature de ces regards, bien au contraire, la jalousie semblait même l’exciter encore plus… Elle se rendit compte à quel point la jalousie pouvait la mettre dans tout ces états lorsqu’elle vola le premier amour d’une de ses camarades de classe. Ayant prit un plaisir malsain à briser le cœur d’une fille, mais également du garçon qui était déjà fou d’elle, elle se trouva alors un nouveau hobby, en plus du kendo, qui consistait simplement à faire casser le plus de couples dans son lycée, et malgré la sale réputation qu’elle se forgeait, plus elle attirait de colère à son encontre, plus elle prenait son pied. Filles comme Garçons, elle ne faisait aucune différence entre les deux sexes, elle les séduisait, jusqu’à les avoir à ses pieds, pour mieux les briser ensuite.. Mais la véritable extase pour elle, c’était de coller des trempes aux demoiselles, voir même aux garçons qui voulaient lui faire payer ses agissements, leur adressant toujours ce sourire sadique et stressant qu’elle avait adressé à cet enfoiré qu’elle avait égorgé. Elle frappait toujours ses victimes jusqu’au sang, jusqu’à ce que ses débordements soient de trop, et qu’elle se fasse renvoyer de son lycée, livrée à elle-même…


Mais quelle importance.. ? Elle avait le physique, et l’argent, perdre son temps au lycée ne l’intéressait déjà plus, la ville entière allait être son terrain de jeu désormais, et cette simple idée la faisait déjà frémir de plaisir…


Les années passèrent, sa passion pour le kendo demeurait intacte, elle en était même allée jusqu’à entrer dans un dõjõ, aiguisant toujours plus ses connaissances en la matière, autant que sa passion pour les couples.. Hormis son entrainement quotidien qu’elle ne manquait pour rien au monde, elle s’immisçait dans des couples choisis au hasard qu’elle se plaisait à tromper avec ruse, les approchant amicalement pour commencer, avant de se rapprocher inexorablement d’un parti, homme ou femme, s’extasiant à faire céder ses victimes à la tentation, profitant des occasions pour prendre du bon temps, avant de finalement disparaitre sans laisser de trace.. C’est ainsi qu’elle s’offrit une magnifique paire de Katana hors de prix et d’une qualité exceptionnelle qu’elle avait en vue depuis un certain temps, mais qui à l’époque étaient encore bien hors de portée de la demoiselle, mais ce fut avec l’argent d’un gros friqué qu’elle avait eu à sa botte, qu’elle se les fit offrir, avant de se laisser apercevoir dans le lit conjugal alors que la femme et la fille de celui-ci rentraient à la maison après une dure journée. Quelques jours plus tard, elle fut prise d’un nouveau sursaut plaisir en apprenant la séparation d’un des couples les plus fortunés du Japon au journal du soir.

Jusqu’à sa 26ème année, elle avait beau n’accorder aucune importance à l’argent, et du coup être extrêmement peu dépensière, l’argent commençait inexorablement à manquer, le temps était venu pour elle de retravailler, elle allait devoir laisser sa vie de princesse derrière et recommencer à travailler pour pouvoir garder sa place dans ce monde qu’elle considérait déjà comme pourri. Bien entendu, il lui fallait un travail qui lui permettrait de continuer à se délecter des regards qui se tourneraient vers elle, c’est donc tout naturellement qu’elle se tourna vers les jobs « nocturne », dans un premier temps, elle s’essaya en tant qu’hôtesse dans un bar, mais elle n’en fut pas satisfaite, devoir faire des courbette pour satisfaire une clientèle exclusivement masculine en les laissant la toucher aussi facilement ne lui plaisait guère…, non, il lui fallait définitivement autre chose.
C’est ainsi qu’elle se tourna vers la danse, classique ? Très peu pour elle, la danse exotique lui semblait de loin bien plus alléchante… Et évidemment ce fut le cas, elle n’aurait pu trouver meilleur travail pour mettre ses atouts aux premières loges, et la gérante s’étonnait même de voir une fille prendre autant de plaisir à faire baver des gens. Tout en elle n’inspirait qu’envie, et à chacune de ses prestations l’on pouvait s’attendre à voir quelques petites natures sauter sur elle tant ses danses en inspiraient plus d’un. Ses débuts furent glorieux, et Hazuki s’extasiait intérieurement avant chaque levé de rideaux, tous ces porcs, certaines de ses collègues qui déjà l’admiraient, tous ces regards posés sur elle, elle se revoyait à l’époque du lycée. Elle avait même fini par se créer sa propre tenue de scène, en ayant bien sûr prit soin de dévoiler comme il se devait de l’être ses charmes, et plus particulièrement cette poitrine aguicheuse et opulente qui faisait sa fierté, poitrine qu’elle avait également eu l’idée de marquer d’une étoile rose, signifiant pour elle son ascension dans les hautes sphères de la nuit…
Durant près d’un an et demi il en fut ainsi, Hazuki gagnait sa vie avec un travail qui lui plaisait au plus haut point, ses compétences d’escrimeuse s’affûtaient de jour en jour, elle avait absolument tout ce qu’elle voulait, du moins, c’est ce qu’elle pensait…


Jusqu’à ce jour fatidique, ce jour où le monde bascula dans la terreur la plus totale, un monde qui allait être à l’image de l’esprit d’Hazuki..
Un monde de folie…


__________________________________________________________________________________


LUNDI 13 NOVEMBRE 20XX

Aux alentours de 10h30 heure,

Après une nouvelle nuit de travail, Hazuki, s’était accordé un réveil plus tardif que d’ordinaire, habillée d’une nuisette à dentelle noire, transparente à souhait, du grabuge se faisait déjà entendre dehors, mais elle n’y prêta aucune attention, elle rythmait sa matinée comme n’importe qu’elle autre, 20 minutes passées dans la salle de bain à se débarbouiller, et un petit déjeuner copieux qu’elle dégusta devant la télé, se fut ainsi qu’elle eut le déclic, les reportages étaient retransmit sur toutes les chaines, les mêmes images du Chaos qui régnait dans les rues de la capitale..

Figée devant la télé, Hazuki fut complètement absorbée par ce qu’elle pouvait voir, la folie s’était emparée des rues de la ville, les gens hurlaient, et ces monstres qui les coursaient pour ensuite les dévorer vivants.. Rapidement, ces yeux se mirent à pétiller, oui.., Hazuki prenait déjà plaisir à voir tant de folie et de souffrance, et au grès des images qui étaient diffusées, un sourire de plus en plus large se dessinait sur son visage encore fatigué il y a quelques secondes.. Rapidement, elle se leva de son canapé pour aller coller son visage contre la fenêtre, les yeux plus brillants que jamais, les voitures crashées les une contre les autres, les rues en flammes, le carnage visuel mêlé aux cris d’horreur des victimes sonnaient comme une douce mélodie à ses oreilles, qu’avait-elle bien pu faire pour que mériter un tel cadeau ?

Elle n’arrêtait plus de se poser la question, se délectant inlassablement de ce qu’elle voyait, et la curiosité finit par l’emporter, il ne lui fallu que quelques secondes pour courir et attraper à la volée l’un de ses Katana, le temps de se mettre quelque chose aux pieds, elle dévalait déjà les escaliers comme si elle voyait la lumière blanche au bout du tunnel.., jusqu’à ce que les portes du bâtiment s’ouvrent pour lui offrir une vue qu’elle n’aurait espéré voir que dans ses rêves les plus fous. Les gens hurlaient et courraient pour sauver leurs vies, alors que les zombies les suivaient d’un pas lent, visages et corps complètement meurtris, écorchés, les entrailles pendantes, tout en eux ne respirait que dégoût et peur, mais pas pour Hazuki.. Elle regardait les gens à l’agonie avec un sourire sadique et satisfait, jusqu’à ce qu’un zombie se présente devant elle sous la forme d’un vieillard complètement défraîchi à qui l’on aurait arracher un morceau de la joue et du cou, sans même réfléchir une seule seconde, elle dégaina son épée pour trancher sec la tête de la créature, gémissant de plaisir dans l’acte incontrôlable qu’elle venait d’accomplir. Jetant alors un regard rapide autour d’elle, rien, personne pour la reprendre à l’ordre, elle venait de tuer quelqu’un, ou quelque chose, sans que personne n’y trouve quelque chose à redire.. Hazuki était aux anges, elle n’avait absolument aucune idée de ce qu’il se pouvait se passer, et elle s’en foutait éperdument, ce chaos lui plaisait déjà, elle admirait ce qu’il se passait autour d’elle, jusqu’à ce qu’une voix vienne briser son extase.

« Aidez-moi, s’il vous plait… ! »

Arquant un sourcil, son regarde se tourna lentement vers la personne en question. Enervée dans un premier temps, elle reprit vite un sourire satisfait en voyant le joli minois qui se présentait devant elle.

Femme : « S’il vous plait.. ! »

La jeune femme la suppliait de faire quelque chose pour la sortir de cet enfer, les larmes aux yeux, une partie de son tailleur recouvert de sang, mais elle ne semblait pourtant pas blessée, et ce fut à nouveau sans réfléchir qu’Hazuki lui attrapa le poignet et la tira sans un mot, l’entrainant à nouveau dans le bâtiment, alors que la jeune femme essuyait déjà ses larmes, ravie, pensant être sortie d’affaire.. Hazuki, elle, pensait déjà à la manière dont elle allait bien pouvoir déverser le trop plein de plaisir qu’elle venait d’accumuler sur cette pauvre femme.. Très vite elles atteignirent la porte de son appartement, et Hazuki la jeta à l’intérieur avant de rentrer elle-même.., pour ensuite fermer la porte à double tour, un sourire malsain gravé sur son visage..

Femme : « Merci, merci infini.. »

Le bonheur de la demoiselle ne dura qu’une minute, elle n’eut même pas le temps de finir d’exprimer sa gratitude que le katana d’Hazuki pointait déjà devant elle, juste en dessous de son cou.

Femme : « Je.., je n’ai pas été mordue ! Je vous le jure !! »

Hazuki : « Hein.. ? De quoi t’es en train de parler.. ? »

Femme : « Ces choses ! On devient comme elles dès qu’elles nous mordent, mais je vous le jure je n’ai pas été mordue ! »

Hazuki : « hummmmm…., je vois, merci de l’information.., mademoiselle » *Affichant sans gène son sourire sadique, avisant sa proie dans toute sa hauteur avec un regard lubrique * « On va fêter ça comme il se doit alors… » *lui désignant alors le chemin de sa chambre du menton * « Aller, entre la dedans. »

Femme : « Mais, de quoi p… ? »
Agacée, Hazuki ne put se retenir de gifler sa nouvelle locataire, avant d’hausser le ton, avec insistance.

Hazuki : « Tu la ferme et tu fais ce que je te dis ! »

Prise au dépourvue, La pauvre femme comprit rapidement l’erreur qu’elle avait pu faire en demandant l’aide de cette folle furieuse. Tremblante, elle suivit le chemin désigné, Hazuki à son chevet, jusqu’à déboucher dans la chambre de celle-ci. La demoiselle balaya rapidement la salle du regard, et effectivement, Hazuki ne semblait manquer de rien. Ce fut pendant ces quelques secondes de réflexion qu’Hazuki en profita pour attraper une paire de menotte enveloppées d’une petite fourrure rose, poussant alors sa victime sur le lit d’un coup de pied dans le dos. Laissant à peine le temps à la jeune femme de se retourner pour chercher une réponse à son acte, qu’elle s’approcha rapidement pour remettre son Katana sous sa gorge, se léchant les lèvres ensuite alors qu’elle gardait se sourire ahuri qui faisait frémir de peur la pauvre demoiselle. Avec sa main libre, Hazuki entreprit de tirer les bras de sa victime pour la menotter aux barreaux de son lit.. Dès lors, la jeune femme était maintenant totalement à sa merci. Sans un mot de plus, elle avait lâché son Katana, pour ensuite se mettre à cheval sur sa victime qui déjà commençait à pleurer à nouveau, et débuta quelques caresses perverses alors que ses mains plongées sous les vêtements de celle-ci..

Quelques minutes plus tard, les cris de terreur que pouvait pousser sa victime s’étaient tus, laissant place à des gémissements de plaisir qu’elle n’arrivait même plus de contenir, Hazuki profitait pleinement de son nouveau « jouet », et savourait sans aucune modération le plaisir du moment, et personne ne viendrait l’interrompre, c’était certain. Vingt minutes plus tard, le silence c’était emparé de l’appartement, seules les respirations haletantes des deux amantes du moment se faisaient encore entendre. Les mains déliées, complètement nue, l’ancienne victime était maintenant collée contre Hazuki, une jambe pliée recouvrant l’intimité de son « agresseuse », agrippant d’une main la poitrine d’Hazuki, sa bouche flirtant encore dangereusement avec le sein libre. Hazuki quand à elle, détendue, les mains croisées derrière la tête, fixant le plafond, faisait le point sur la situation, mais le seul point qu’elle arrivait à faire, c’est qu’elle venait de prendre son pied comme elle ne l’avait pas fait depuis un moment maintenant.

Femme : « Qu’est ce qu’on va faire maintenant.. ? »

Ces paroles brisèrent la réflexion dans laquelle Hazuki s’était lancée, mais pour une fois, une question aussi simple restait plutôt pertinente. Mais c’est en haussant les épaules qu’elle lui répondit :

Hazuki : « Qu’est-ce que j’en sais.. ? »

Mais à peine eut-elle finit de répondre, qu’Hazuki se redressa, jetant la jeune femme sur le rebord du lit, avant de se diriger simplement vers la douche, toute trempée de sueur qu’elle était. Quelques minutes après, elle ressortait sans rien sur le dos, cherchant des affaires dans sa commode sous le regard interrogatif de son invitée, et finit par s’habiller dans sa tenue « spéciale », découverte à souhait, laissant entrevoir le moindre de ses charmes, tout y était, bottes, mini short et ceinturon, gants, brassards, haut très léger, écharpe de fourrure, lunettes et chapeaux. Bien entendu, elle n’oublia certainement pas d’attacher ses deux futurs instruments de morts à sa ceinture, avant de se diriger simplement vers la sortie, avant d’être interpellée pour la jeune femme.

Femme : « Vous m’emmenez avec vous ? » Lui demanda t-elle, un sourire timide aux lèvres.

Hazuki arrêta son avancée, jetant un regard derrière son épaule.

Hazuki : « Et puis quoi encore… »

Avant d’aviser brièvement la pauvre jeune femme qui en restait sans voix, et finit par disparaitre de l’appartement, laissant son jouet seule avec elle-même..

Ainsi débutait la première journée d’Hazuki dans le nouveau monde.



__________________________________________________________________________________


APRES


Neuf mois s’étaient maintenant écoulés depuis que le monde avait sombré dans le chaos, et neuf mois qu’Hazuki arpentait les rues de Tokyo, vagabondant de camps en camps, voyageant principalement de jour. Aussi folle qu’elle pouvait être, elle ne l’était pas encore assez pour tenter le diable, un diable à l’apparence d’un colosse qui pourrait la balayer d’un simple revers de la main, sortant principalement la nuit qui plus est…
Quoi qu’il en soit, Hazuki était restée à la même.., ou plutôt, pire qu’avant. Depuis la catastrophe, la belle s’était essayée à de toute nouvelles choses, parmi celles-ci, le meurtre de sang froid.., en neuf mois de chaos, elle avait essuyé un nombre déjà incalculable d’agressions, mais il fallait bien dire que jusqu’à maintenant, elle avait toujours fait le nécessaire pour pousser ses agresseurs à bout, et c’est la plupart du temps sur l’oreiller que ceux-ci avaient expié leur dernier souffle. Hazuki y avait déjà pris goût et en avait son quotidien, bien qu’elle se fit toujours discrète pour procéder.

Mais un jour, son avenir prit un tout autre tournant lorsqu’elle se fit prendre en chasse alors qu’elle visitait l’intérieur d’un bâtiment abandonné, à la recherche d’une quelconque nourriture qui l’aiderait à tenir jusqu’au prochain refuge qu’elle croiserait sur sa route. Ce jour là, à peine avait-elle eu le temps de passer le palier d’une porte, qu’une main gantée l’agrippa pour tenter de la happer, mais quelle ne fut pas l’erreur que cet individu commit, très vite, de mauvais souvenirs ressurgirent dans sonesprit, et il ne lui fallut que peu de temps avant de réagir, dégainant l’un de ses Katana avant tranché littéralement l’avant bras de son opposant, qui finit a genoux, se tenant le bras coupé, à l’agonie… Prise d’une fureur incontrôlable, elle claqua violemment la porte pour avoir une vue d’ensemble sur son assaillant, et à peine prit-elle le temps de le détaillé, que son bras avait déjà agit avant sa pensée, la lame de son Katana s’abattit comme le marteau du jugement sur le crâne de l’homme, son visage se fendant littéralement sous le coup meurtrier d’Hazuki. Première victime.., et Hazuki était déjà dans un état tel qu’elle ne pouvait s’arrêter maintenant, sans même prendre aucune précaution, elle déboula dans la salle en dégainant son deuxième Katana, alors que trois autres individus se dirigeaient déjà vers elle.. Devant le nombre d’assaillant, Hazuki sentie un frémissant parcourir le long de son dos, un sentiment indescriptible de plaisir, le simple fait de se demander ce qu’ils pensaient pouvoir lui faire subir l’excitait, mais évidemment, elle n’allait certainement pas leur laisser l’occasion de prouver les théories qu’elle pouvait s’imaginer.

L’homme le plus proche la surprit l’espace d’une seconde alors qu’il avait dégainé une arme à feu, levant le poing pour la mettre en joue, puis un coup de feu retentit, trop tard pour lui.., un simple pas de coté avait suffi à Hazuki pour éviter la mort, alors son Katana était déjà planter dans son ventre, alors qu’elle lançait sa deuxième lame dans un coup lattéral qui vint détaché la tête de son opposant, avant de pousser violemment du pied le corps maintenant inerte pour dégager sa lame, pas assez rapide, le deuxième assaillant lui lança un violent coup de poing au visage qui ne manqua pas de la faire trébucher, trop sûr de lui, l’homme s’approcha sans précaution vers Hazuki, qui se redressa subitement pour le transpercer de sa lame, directement dans la gorge, deuxième victime. Le troisième homme y réfléchit à deux fois avant de se lancer sur elle, et en voyant le sourire qu’elle affichait alors qu’elle poussait le corps de son coéquipier de devant elle, finit par prendre la fuite.. Arquant un sourcil, elle ne put s’empêcher de laisser échapper un rictus avant de se relever rapidement pour partir à la poursuite de son assaillant.., le chasseur était devenu le chassé.

Mais la chasse ne dura pas spécialement longtemps, après quelques secondes de course, Hazuki avait déjà rattrapé l’individu, et lorsqu’il passa la porte donnant sur une nouvelle salle, elle était assez prés de lui, pour lui envoyer un bon push kick derrière le genou qui le fit tomber net au sol. Se relevant alors péniblement, c’est à genoux au sol qu’il sentit deux lames de chaque cotés de son cou, tétanisé, se yeux se levèrent alors, Hazuki quant à elle, suivit simplement son regard, pour tomber nez à nez avec un homme à la corpulence des plus massive, deux femmes à ses bras, plusieurs hommes à ses cotés, alors qu’à quelques mètres seulement se trouvaient une demi douzaine de personnes, menottées, habillés de guenilles, tournaient également leur regard vers Hazuki. Bien sûr, il ne lui fallut que peu de temps pour deviner qui était le chef dans la salle, dirigeant alors à nouveau son regard vers le gros tas, c’est en le défiant du regard, gardant un sourire effrayant, qu’elle cisailla brusquement la tête de sa victime, la tête du mort allant rouler jusqu’aux pieds du boss des lieux, qui n’y prêta par réelle importance, gardant plutôt son regard tourné vers Hazuki.

Chen-Feng : « Intéressant » Lui lança t-il simplement, sourire aux lèvres.

Hazuki : « Tu veux tenter ta chance gros porc.. ? » * lui rétorqua t-elle sans même réfléchir à la situation dans laquelle elle se trouvait alors, gardant ce sourire sadique et impassible.*

Les hommes réagirent immédiatement, dégainant lames et pistolets, avant d’être interrompus par un signe de main de leur patron.

Chen-Feng : « Je vais passer mon tour je pense, mais…, qu’est ce qui peux bien t’ammener par ici ? »

Hazuki : « Ca.. » *Shootant dans le corps sans tête de sa dernière victime..* « Cette bande d’enfoirés ont essayés de jouer au plus fort avec moi, j’leur ai mis la fessée, et me voilà ici.. »

Chen-Feng : « Tu m’en vois désolé, ils ont tendance à ne plus savoir se contrôler quand un joli bout de femme dans ton genre débarque. » lança t-il, gardant un fin sourire alors que ses mains se ballader inlassablement sur le corps de ses deux servantes personnels.

Hazuki : « Et tu crois qu’il suffira d’un pardon pour que je me casse bien gentillement .. ? »

Chen-Feng ne put s’empêcher à son tour de laisser échapper un rictus en attendant Hazuki, amusé.

Chen-Feng : « Et qu’est ce qu’il te faudrait pour passer l’éponge sur ce regrettable accident ? »

Machinalement, le regard d’Hazuki se tourna vers les personnes menottées, les avisant les uns après les autres, avant de se stopper, sur une nouvelle jeune femme qui semblait l’inspirer assez. Levant la pointe de son Katana vers elle, c’est avec un regard envieux et pétillant qu’elle finit par répondre.

Hazuki : « Je veux celle-là, et j’oublierai ce qu’il c’est passé. »

Etonné, Chen-Feng fixa Hazuki quelques secondes, la voyant déjà frétiller alors qu’elle fixait sa proie, et en voyant l'intensité qu'elle mettait en se léchant les lèvres, Chen comprit rapidement qu’il n’était pas tombé sur n’importe qui.

Chen-Feng : « Si ce n’est que cela, je peux t’offrir autant de femmes que tu le souhaiteras tu sais ? »

Devant la proposition que venait de lui faire le gros tas, Hazuki élargit son sourire à l’extrême, alors qu’elle gardait les yeux rivés sur l’esclave.

Chen-Feng : « Suis-nous donc, et je peux t’assurer que tu passeras tes journées à t’amuser avec ce genre de femmes. »

Chen-Feng avait touché un point sensible, et Hazuki n'avait pas besoin d'en entendre plus pour accepter la généreuse proposition qui venait de lui être faite. Ce fut ainsi qu’Hazuki fit la connaissance du plus gros Marchand d’esclaves du moment, gros, dans les deux sens du terme, mais elle se foutait pas mal du poids de son débiteur, il lui avait fait une proposition trop alléchante pour qu’elle laisse passer cette occasion.

Depuis ce jours, Hazuki séjourne dans la villa privée de Chen-Feng, ne manquant plus de rien, mais surtout, du loisir de pouvoir s’amuser avec qui elle voulait, et quand elle le voulait. En échange, elle lui rendait occasionnellement quelques services pour l’aider dans ses affaires personnelles. Hazuki était devenue la tueuse numéro 1 du groupe, mais également la plus grande consommatrice des « produits » qu’il pouvait vendre, elle retrouvait un rythme de vie qui lui plaisait, une vie rythmée par la mort et le plaisir charnel.



-----------------------------------------------------------------------------------

Son esclave personnelle



Nom : Kuroki.
Prénom : Hinata.
Age : 25 ans.
Taille : 1m62.
Sexe : Féminin.
Orientation sexuelle : dévouée à sa maitresse.
Son equipement : Un poing américain qu'elle garde constamment occulté sous ses manches longues.
Son physique :
- Une taille dans la moyenne japonaise, plutôt peu musclée, une poitrine voluptueuse qui fait tout le bonheur de sa maitresse, un fessier tout aussi aguicheur, des jambes saillante de taille normale, Hinata est un petit bout de femme qui n'a pas à se plaindre de son physique, qu'elle entretient malgré elle en courant partout pour répondre aux demandes incessantes d'Hazuki. Son physique est lui-même mis en valeur par une tenue totalement embarassante pour le commun des mortels, tenue que sa maitresse lui à choisi par pur caprice.
Cette tenue spéciale se trouve être une panoplie aux couleurs de la vache, se constitue d'un petit haut aux allures de maillot de bain à la texture duveteuse, retenu par deux lanières de cuir tombant de part et d'autre du cou d'Hinata, et attaché dans le dos par une petite boucle de ceinturon, les épaules et les bras découverts jusqu'aux niveau de ses biceps, ses avants bras finissent recouverts par des manches larges et longues de même texture que son haut, ne laissant entrevoir généralement que le bout de ses doigts. Le ventre à l'air, c'est un mini
short tout aussi duveteux qui vient recouvrir son joli fessier, laissant ses jambes découvertes jusqu'à mi-cuisse, le reste étant recouvert par un tissus duveteux large tombant jusqu'aux pieds, eux-mêmes recouverts d'une petite paire de chaussures blanches à semelles noires. Hinata a également la chance d'avoir un visage avantageux. De grands yeux noisette très expressifs, des sourcils légèrement épais, un petit nez ne la rendant que plus mignonne, une bouche de petite taille encadrée par des lèvres pulpeuses, un petit grain de beauté sur le coin inférieur gauche de la bouche, ainsi que des joues rossies ne lui rajoutant que plus de charme, et son cou est entouré d'un collier large en cuir, affublé d'un anneau de métal à l'avant, servant principalement à Hazuki pour tenir Hinata en laisse. Ce joli minois est lui-même encadré par une chevelure courte aux extrémités bouclées, ainsi qu'un cerceau pourvu des petites cornes, complètant sa panoplie de "vache".

Son mental :
- Le principal problème d'Hinata, c'est que tout en elle ne respire que naïveté à l'état pur, autant par son apparence que par sa manière de penser qui peut paraitre des plus simplistes, ce qui par le passé lui avait valu de nombreux soucis. Aujourd'hui, la belle a la chance, ou pas, d'être la proriété exclusive d'Hazuki, ce qui rend ce petit bout de femme absolument intouchable chez les esclavagistes. D'un naturel plutôt calme et serviable, après une période de conditionnement propre à tous les esclaves appartenant à Cheng, elle est désormais complètement soumise à Hazuki et répond au moindre de ses ordres avec le plus beau des sourires malgré les gifles qu'elle peut se prendre continuellement par sa maitresse. Mais son calme apparent cache en fait une grande intelligence, qui fait généralement surface dans les pires situations, là où la plupart des gens seraient totalement paniqués, elle, prend toujours le temps de réfléchir, jusqu'à la dernière seconde, ce qui lui a déjà sauvé la vie à plusieurs reprises. C'est d'ailleurs se principal atrait de sa personnalité qui a fait qu'Hazuki la garde le plus souvent à ses cotés lors de ses sorties.


Spoiler:
 




Dernière édition par Hazuki Shikki le Dim 30 Oct - 19:13, édité 10 fois
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 21/10/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m72
Date RP: 1er Jour
Armement: Dual Katana

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Sam 22 Oct - 14:53

En voila une belle et grande méchante! Pour une fois, je suis contente que mon personnage soit petite!

Je cherche quoi dire, mais rien ne me vient à l'esprit à part: très belle fiche! (et des pensées pas très catholiques)

Amuse-toi bien chère mademoiselle tongue
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 30

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m57
Date RP: 1e jour
Armement: Winchester 1200 , Poing Américain et un couteau à sashimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Sam 22 Oct - 15:09

Une fiche très crue cela change un peu la donne, un concept de personnage tout aussi intéressant.

J'ai hâte de suivre ton personnage dans ses RPs.

Bienvenue à toi
Invité
Invité


- Informations Personnelles -


Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mar 25 Oct - 18:08

Merci bien, un peu de sadisme dans ce monde de brutes ne fera pas de mal, l'ère des bisounours est révolue.

Maintenant place aux sabres,

Hazuki Shikki Yoroshiku Twisted Evil

EDIT : J'ai pris la liberté de poster une petite présentation de mon esclave perso à la suite de ma propre fiche Smile.
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 21/10/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m72
Date RP: 1er Jour
Armement: Dual Katana

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mar 25 Oct - 20:27

Ohhhhh la mimi esclave!
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 11/10/2011
Age : 30

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m57
Date RP: 1e jour
Armement: Winchester 1200 , Poing Américain et un couteau à sashimi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mer 26 Oct - 10:31

Très belle fiche même s'il fut long d'en arriver au bout ^^

Juste une petite remarque sur l'arme à feu de ton esclave, comme ces armes constituent l'avantage des Ex-SRT et Militaire, je crois que ton esclave devra se contenter de ses points américain pour sa défense.

mis à part cela, tout y est, et je crois qu'on va pouvoir passer ta fiche dans la section des validées ...

Bon RP.
Modo/Scientifique
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 14/01/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1 m 52
Date RP:
Armement: Ensemble vide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mer 26 Oct - 15:54

Les esclavagistes n'ont pas l'accès aux armureries nord et sud? C'est du domaine des civils non? Si c'est pas le cas, pas grave Smile
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 21/10/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m72
Date RP: 1er Jour
Armement: Dual Katana

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mer 26 Oct - 16:57

Les armureries plus vraiment, au bout d'un an et demi elles ont été pillées par la plupart des bandits actuels (il faut bien qu'ils aient trouver leur armes quelque part). Je le concède en matière de bandits et d'armement Cheng et pas mal loti mais je parle seulement d'un point de vue d’équilibre des groupes.

l'avantage des militaire et SRT sont les armes a feu,
Celui des esclavagiste est l'esclave personnelle.

Du coup si tu prends l'esclave et l'arme à feu tu combine deux avantages en plus de celui d'avoir deux katanas.

Cette politique de restriction des armes en tout genre c'est surtout pour rendre chaque faction unique dans les RP qu'elles produiront en matière de survie vis-à-vis des zombies (et autres dangers).

Commence donc à RP sans et avec un peu de temps il sera facile de justifier Rpment l'acquisition d'une arme, ça permettra sans doute de renouveler ton RP dans les parties "combat".
Modo/Scientifique
avatar

Messages : 34
Date d'inscription : 14/01/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1 m 52
Date RP:
Armement: Ensemble vide

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki Mer 26 Oct - 19:15

Ca marche, je vais modifier ça donc.
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 21/10/2011

- Informations Personnelles -


- Fiche personnelle -
Taille: 1m72
Date RP: 1er Jour
Armement: Dual Katana

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Hazuki Shikki

Contenu sponsorisé


- Informations Personnelles -


Revenir en haut Aller en bas

Hazuki Shikki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Fiche de Ryuho D. Shikki
» Prise de risque - L'agneau dans le repère des loups [Pv. Ryuho D. Shikki]
» Les "Sea Wolves"
» Hazuki Shion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise of the Dead - Rebirth :: Forum :: - Fiches personnage - :: " Fiches validées "-